Sondage précédent Sondage suivant

Sécurité

Prison : Faut-il appliquer une réelle perpétuité dans les cas les plus graves ?

987 votes

Terminé

Oui.
95,54 %
Non.
2,94 %
Ne se prononce pas.
1,52 %

Les notes du sujet

Note moyenne : 5.0/5

Commentaires (84)

Benoît B.

Evidence

RépondreSignaler6 déc. 2017 à 22h28

Immer E.

Rétablissement de la peine de mort pour meurtre d'enfants et de représentants de l'Autorité (police, pompier, gendarme, élu)

RépondreSignaler6 déc. 2017 à 11h44

Agnès S.

Comme d'autres je pense que la réponse est dans la question : il faut que toutes les peines soient "réelles", c'est à dire appliquées !

RépondreSignaler5 déc. 2017 à 14h45

Dominique L.

Peut être, même revenir à la peine mort

RépondreSignaler4 déc. 2017 à 20h30

Romain P.

Peine de mort !!

RépondreSignaler3 déc. 2017 à 18h01

Jean C.

réaménager des travaux forcés utiles au pays dans une île lointaine ( ex :Kerguelen) et dans des conditions humaines sans cruautés !

RépondreSignaler1 déc. 2017 à 19h34

georges marie G.

La peine de mort de plus en plus appliquée par les mafieux doit redevenir une responsabilité de la seule collectivité , donc de l'Etat pour les crimes graves , mais aussi pour les hauts fonctionnaires et politiques corrompus. L'impunité des grands entraine l'insécurité des petits .! <comme en économie.

RépondreSignaler1 déc. 2017 à 12h28

Jean-Marc F.

Et prévoir rapidement un programme de construction suivant les délits et les condamnations

RépondreSignaler30 nov. 2017 à 21h08

Pierre B.

Les mots ont un sens, sauf pour le politique qui valide le glissement du sens de choses organisé par une certaine "justice".
Donc: réformer la justice en profondeur après un gros nettoyage ( au sens littéral) du monde politique. Ceci donne le vertige et index notre impuissance.

RépondreSignaler30 nov. 2017 à 09h37

Marie d.

Non, car on ne peut que créer du désespoir et du suicide. Notre société doit rester responsable. L'homme a besoin d'espoir, même infime. Par contre, nous avons un travail urgent à faire sur les modalités de rééducation puis de réinsertion, sur la vie dans les prisons, et surtout avant, sur les messages envoyés par notre société : les tentations commerciales qui excitent, les "lâche-toi", "fais-toi plaisir" et autres injonctions qui ôtent la réflexion, le temps et le silence nécessaires pour faire grandir un homme

RépondreSignaler29 nov. 2017 à 19h43

André C.

@Marie d. Je pense que malheureusement, nous n'avons plus le temps de réformer le système de cette manière. La situation est trop urgente, elle réclame des mesures très fortes. C'est triste, mais rattraper rapidement plusieurs décennies de laxisme ne pourra se faire que brutalement, et ce, dans tous les domaines. Et plus nous attendons, et plus nous devrons verser de sang et de larmes.

RépondreSignaler7 déc. 2017 à 18h32

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques, de personnalisation et de partage sur les réseaux sociaux.